Le Borgel :Carré du Rabbin Hai Taieb lo met

Marc Fellous

Carré du Rabbin Hai Taieb lo met

historique au Borgel


Sepulture du rabbin Hai Taieb Lo Met
Beaucoup d’encre a coulé sur ce Rabbin le plus populaire et le plus mystérieux R Hai Taieb Lo Met. Une première date de la hilloula est célébré le 19 kislev, la source de cette tradition est une inscription sur un kandil qui était en possession d’une famille Juive à Tunis, qui se trouve à présent à Béer Cheva en Israël, dont il est noté, être né le 19 Kislev 1743, 5504, décédé le 19 Kislev 1837 5598. La deuxième date qui est la plus sûre est celle qui a été relevé par le Rabbin Raphael Arditti en 1904, sur sa pierre tombale qui se trouvait à l’ancien cimetière de l’avenue de Londres. Le 16 Iyar 5597, ce qui donne le dimanche 21/05/1837. Le deuxième point qu’il me faut éclairer, est la photo prétendument attribué à R Hai Taieb. Il n’existe pas de photo à lui, et celle qui circule depuis une trentaine est une photo plagiée de R Chmouel Taieb de Béja décédé en 1940 dont nous possédons cette photo. R Hai Taieb ne fut pas Grand Rabbin, et nous n’avons que des légendes pour caractériser sa vie. Ces légendes furent racontées dans de nombreux ouvrages en hébreu, et dans le livre de Mikhal Saraf qui fut traduit en français. Dans ma jeunesse, je me souviens avoir entendu personnellement, par un fidèle âgé à l’époque de plus de 80 ans, et c’est un fait inédit qui, de par son travail, lui arrivait de dormir au cimetière de l’avenue de Londres, il nous disait qu’à chaque fois dans son sommeil, il voyait deux kandils allumés un, sur l’endroit de R Hai Taieb et l’autre sur R Ichoua Bessis. De tous les ouvrages nostalgiques sur la mémoire de Tunisie il y a au moins un passage sur R Hai Taieb. Dans plusieurs villes d’Israël il existe une rue à son nom, et aussi des Synagogues de par le monde au nom de R Hai Taieb Lo Met. Il fut l’auteur d’un ouvrage Helev Hitim. La 1ere édition est sorti à Tunis en 1894, des presses de l’imprimerie Sion Uzan, c’est le Grand Rabbin Moché Sitruck qui à partir des bouts de papiers manuscrits de R Hai Taieb rédigea et corrigea le manuscrit. Cette édition fut financée principalement par deux mécènes, les Rabbins Mordekhai Fellous fils de Eliahou et David El Haik fils d’Abraham. Plusieurs autres éditions sont sorties des presses en Israël revues, corrigées et commentées. La popularité de ce Rabbin est encore aussi forte auprès même de notre génération.